FAQ Augmentation mammaire

L’augmentation mammaire est indiquée pour les femmes qui présentent une flaccidité et une chute des seins dues au vieillissement, à de grandes variations de poids ou à l’allaitement.

Comment l’augmentation mammaire est pratiquée ?

Une anesthésie locale avec sédation, générale ou épidurale, sera pratiquée.

  • L’intervention peut être réalisée avec ou sans implant en silicone dans les seins, en fonction de la quantité de tissu mammaire. « Il y a des cas où le sein a des espaces vides, qu’il faut remplir de silicone pour lui redonner fermeté et soutien. Avec l’âge, le tissu mammaire s’atrophie, c’est-à-dire qu’il diminue, c’est ce qui cause ce problème.
  • Dans les cas où il n’est pas nécessaire d’utiliser des prothèses en silicone, on procède à l’ablation de l’excès de peau et au repositionnement du tissu mammaire pour donner un nouveau contour au sein. Dans certains cas, le chirurgien enlève également la graisse ou les glandes afin de donner une bonne forme aux seins.
  • Les incisions sont généralement pratiquées autour de la région du mamelon et peuvent s’étendre verticalement en laissant l’aréole vers la base du sein ou même en forme de T inversé, selon la quantité de peau qui sera enlevée.
  • La durée moyenne de l’intervention est d’une heure et demie à quatre heures.
  • Le patient peut quitter l’hôpital le jour même ou rester hospitalisé pendant 24 heures.

Préparation à la chirurgie ?

Examens nécessaires

En plus des examens nécessaires avant toute intervention chirurgicale (numération globulaire complète et évaluation de la coagulation sanguine), il est recommandé que le sein soit évalué par échographie et mammographie. Ces tests sont effectués dans le but de détecter d’éventuelles lésions ou altérations des seins, sous forme de kystes ou de nodules. « La plupart du temps, ils ne servent qu’à l’histoire, n’étant pas nécessaire l’ablation des kystes. Ce comportement est important de savoir que le nodule ou le kyste n’est pas apparu en raison de la chirurgie (par exemple, à cause d’une cicatrice interne), ce qui peut rendre difficile la détection de futures tumeurs du sein ».

Le jeûne

Il est nécessaire que le patient jeûne pendant huit heures pour effectuer la chirurgie.

Soins après l’intervention

Mouvement des bras

Au début, le mouvement des bras est limité, car lorsque ces membres sont déplacés, les muscles et, par conséquent, le sein bougent également. La patiente ne doit pas lever les bras au-dessus de l’épaule pendant deux semaines.

Fumer

Elle doit être évitée dans la période postopératoire de l’intervention. L’idéal est que le patient abandonne cette habitude une fois pour toutes, mais, si ce n’est pas possible, qu’il reste au moins un mois sans fumer. La cigarette entrave la microcirculation du sang à la place de l’intervention, ce qui nuit à la cicatrisation. Le résultat peut être une cicatrice indésirable et même la formation de chéloïdes.

Médicaments nécessaires

En général, le médecin peut prescrire des anti-inflammatoires, des antibiotiques et, si nécessaire, des analgésiques. Il est courant d’utiliser des onguents à base de silicone pour optimiser la cicatrisation.

Il est indiqué de se reposer pendant 15 jours, puis, s’il n’y a pas de problème, le patient peut retourner au travail. Il faut attendre 21 jours jusqu’à ce qu’il soit possible de conduire à nouveau. Des exercices légers, comme la marche, peuvent être pratiqués après un mois, toujours avec une combinaison adaptée à l’activité physique et qui offre un soutien adéquat afin que les seins ne se balancent pas. Il est conseillé d’attendre deux mois pour des exercices intenses, tels que la musculation. Il est également important d’éviter les rapports sexuels pendant au moins deux semaines après l’opération. Ces soins réduisent certains risques : « Dans les 15 premiers jours il y a la possibilité d’ouvrir les points de suture, à partir de ce moment le risque est d’élargir la cicatrice avec un résultat esthétique insatisfaisant », explique Maria Carolina. « Il y a des cas d’hématomes tardifs, même après 15 jours, si le patient fait un effort intense.

Soutien-gorge chirurgical

Il doit être utilisé dans le but de réduire l’enflure et de soutenir et remodeler le sein pendant 30 jours. Il doit être utilisé en continu, enlevé seulement pour le bain. Elles peuvent ensuite être remplacées par des soutiens-gorge normaux, à l’exception des soutiens-gorge demi-buste, qui sont munis d’un fil de soutien. « Le fil comprime les seins dans la région de la cicatrice et, même dans les cas où il n’y a pas d’incision inférieure, il y a le risque de marquer la peau en raison de l’enflure de cette région, explique Maria Carolina. « Le patient est libre de porter un soutien-gorge à armature après trois mois.

Habillage et hygiène

Peu de temps après l’opération, un pansement imperméable est fabriqué, qui est échangé dans le cabinet du médecin. Un pansement simple est ensuite préparé, avec de la gaze, qui peut être refait à la maison après un nettoyage adéquat à l’eau et au savon neutre. Le mamelon peut être douloureux et sensible au toucher après l’intervention chirurgicale, le chirurgien recommande donc de placer également de la gaze dans cette région, en évitant les frottements avec les vêtements.

Prenez RDV en appelant maintenant !

Notre équipe est à votre écoute en consultation pour toutes vos questions qui sont importantes pour nous aussi !

Pages dédiées sur le site :

Memento augmentation mammaire :

À propos de l'auteur: Chirurgien esthétique